Aller au contenu
Accueil » 1988: Un pont entre New York et Gourin

1988: Un pont entre New York et Gourin

Installation de la statue en résine blanche…

Maurice Galli, dessinateur chez le fameux bijoutier Tiffany’s à New-York était le maître de cérémonie des soirées du Stade Breton de New-York. En 1989, il dessine la statue de la Liberté de Gourin…

Le parterre de fleurs représentant le drapeau américain avait été réalisé par Gérard Le Goff, paysagiste à Gourin.

C’est en 1988 que fut installée la statue en résine blanche sur la place de la guinguette d’abord… et en 1989 sur la place de la Victoire. L’agence Air-France de Roudouallec ferme ses portes, Bretagne TransAmerica reprend la vente des billets d’avion… Air-France offre cette statue à Bretagne TransAmerica.

1988: Bretagne Transamerica chef d'orchestre du centenaire de l'émigration
1988: Bretagne Transamerica chef d’orchestre du centenaire de l’émigration (journal Ouest-France)
1988 PLACE DE LA GUINGUETTE
1988 Place de la Guinguette

Une statue de la Liberté en granit le binioukoz sous le bras et une hermine en guise de torche… C’est un des projets de la municipalité de Gourin.

Les Gourinois ont tous un cousin d’Amérique. La majorité des Bretons de New York ont émigré dans les années 50.

Des familles nombreuses d’agriculteurs sont partis, souvent à contrecoeur, avec toujours en tête l’idée de revenir pour acheter leurs terres.

Nostalgiques, ils ont gardé des liens très forts avec leur pays d’origine.

Chaque été, août est le mois des retrouvailles. Les plaques d’immatriculation rouges, quelques drapeaux américains et québécois aux fenêtres et sur les places sont autant de signes imperceptibles de leur présence dans la ville.

« Très enclavé, le Centre-Bretagne se vide d’année en année de sa substance. Pourtant, il y a des grandes potentialités économiques » confie Régine Merdy, née aux Etats-Unis et revenue vivre à Gourin après dix-sept ans d’existence outre-Atlantique.

Elle lutte pour mettre en valeur la région et développer les échanges. « On est actuellement obligé d’acheminer nos produits via Paris. Ce que nous voulons, c’est établir un pont entre les deux mondes pour exporter directement nos crustacés, nos choux-fleurs et nos nos biscuits… ». Relayés par l’Association Bretagne Transamerica, ils sollicitent les entreprises américaines et québécoises pour sponsoriser des rencontres.

Un créneau à prendre…

G.L.H.

Gourin sous les drapeaux américains pour une semaine de retrouvailles

Article Ouest-France du 02/08/1988 de J.P.A..

GOURIN: Une haute statue de la Liberté en polyester, brandissant l’hermine bretonne de la main droite et tenant un biniou de l’autre, faite nouveau face depuis quelques jours, au vaillant poilu du monument aux morts de Gourin, place de la Guinguette devant un parterre de fleurs représentant le drapeau des Etats-Unis. Drapeaux canadiens, québécois et breton flottent également aux fenêtres pour cette réédition de la semaine de retrouvailles franco-américaines destinés à rappeler aux cousins, tontons et proches parents d’Amérique qu’on ne les oublie pas. Mais le touriste de Londres, Bruxelles ou Munich, tombe des nues en découvrant sur l’axe Lorient-Roscoff, d’amples panneaux indiquant « Gourin, capitale de l’émigration bretonne à New-York ».

Comment oublierait-on les émigrés d’hier puisqu’ils sont encore un certain nombre à revenir au pays pour les vacances dans leurs coquettes maisons à la mesure de leur labeur et de leur réussite. Et à envisager de s’y fixer à l’heure de la retraite (voir pour y relancer quelque activité ou commerce cas plus rare). Depuis plus d’un siècle, il n’est guère d’habitants du canton et environ à ne pas compter parmi les siens un parent inscrit pour un aller simple ou avec retour outre-atlantique.

D’illustres figures

Quelques 116.500 Bretons auraient émigré en Amérique en l’espace de moins d’un siècle depuis 1880 dont 55.000 aux Etats-Unis jusqu’à 1970. (« chiffres qui ne comptabilise ni les émigrants ayant rallié les USA après un séjour au Canada, ni les enfants des émigrants ») note Martine Cariou de Lesneven, auteur d’une thèse récente sur le sujet.

L’hémorragie bretonne ne date pas d’hier. Les premiers émigrés bretons outre-Atlantique ont laissé de grands noms: Jacques Cartier, La Fayette, colonel de la Rouerie, Mauduit du Plessis d’Hennebont, Louis de Kerlérec de Quimper, qui fut gouverneur de la Louisiane…

Et il y a une « Gourin-City » dans l’Alberta (Ouest du Canada) à avoir été fondée peu après 1911 par la famille du Gourinois Nos Ulliac.

Un foyer d’émigration

En moins d’un siècle, ce sont plus d’un million de Bretons qui quittèrent la région pour d’autres régions de France dont 400.000 pour la région parisienne. De 1900 à 1970, ce mouvement touche un quart de la population dont 250.000 Finistériens et 180.000 Morbihannaet Daoupharsis. Un sur sept rallia les Amériques entrainant parfois l’ensemble des siens dans son sillage, le principale foyer de ce courant démographique restant les Montagnes Noires.

Plusieurs causes à ces départs: la crise du textile après l’apparition des tissages mécaniques, la concurrence faite à la pêche bretonne par des armateurs de Boulogne, le morcellement des terres et les structures encore féodales, auxquelles succéderont celles d’un pouvoir centralisateur déstabilisant. Plus tard, dans les années 1902 à 1907, les persécutions religieuses, la dissolution des congrégations ayant entraîné de forts courants de solidarité pour les rejoindre. C’est ainsi que des familles rallièrent des Oblats au Canada –  » Pour que leurs enfants restent chrétiens ».

La principale motivation fut cependant économique – et l’est restée – compte tenu des salaires ayant été de cinq à six fois plus élevés qu’en France et même qu’à Paris pour maintes tâches manuelles. Du temps où les capitales exploitaient la substances des provinces.

De 12 sous à 20 F par jour

Quand en 1881, après son service militaire, le tailleur de Roudouallec Nicolas Le Grand accompagné de Bourhis, gagne la Connecticut, son revenu passe de 12 sous quotidien à 20 F par jour! Son retour triomphant, moins de quatre ans plus tard du « pays des Indiens » fit l’effet d’une traînée de poudre.

Après 1848, plus de 60 ha de terre furent offertes au Québec aux colons de 18 ans. Un vrai mirage! Le trappiste de Leuhan, Joseph Navellou, créa une ferme modèle de 720 hectares près de Montréal en 1887. Job Daouphars réussit pour sa part à acheter une ferme près de Sharon. Mais on compte peu d’exploitants agricoles parmi les émigrés. Ils trouvaient surtout à s’employer comme ouvriers agricoles ou d’usines, jardiniers, fleuristes, femme de chambre, aide-cuisinier (ères) ou cuisinières, gouvernantes. Quelques-uns se firent trappeurs.

Une colline de triste mémoire…

Ils tiraient leurs revenues le plus souvent de travaux les plus pénibles: ateliers de soierie de Paterson, Lodi, Passaic, Clifton au début du siècle: usine chimique et fonderie de Trenton, Garwood ou Pittsburgh: succursale de l’usine Michelin de Milltown (1901-1929) après avoir travaillé à Clermont-Ferrand.

« Le village de bois que certains habitèrent au début sur une colline, à l’ouest de Milltown, avait été baptisé « Hungry Hill » (colline de la faim) » souligne Martine Cariou. C’est dire que tout n’était pas rose. Une femme gagnait à la succursale de Michelin un dollar par jour hors prime de rendement. « Des journées continues de douze heures étaient payées 13,75F hors prime. » Certaines « usines » à déguster des plats français à New-York ne sont non plus des paradis de tout repos aujourd’hui!

Contre-campagne sans résultats

Mais il est vrai que beaucoup purent faire des économies mieux qu’en France et que quelques uns firent fortune jusqu’à’à une époque récente. Notamment à New-York et environs au lendemain de la guerre, dans les crêpes et la restauration. Tradition culinaire et hôtelière que s’est maintenue « mais n’engendre plus cependant les queues d’attente des clients enregistrés autrefois sur les trottoirs de New-York. »

Le préfet du Morbihan, chargé (en vain) de faire campagne contre le courant d’émigration en 1926, cite le cas d’un menuisier menacé de faillite, capable d’envoyer à sa mère 27.000F moins d’un an plus tard. Aussi vit-on s’implanter à Gourin, une agence de la Compagnie Générale Transatlantique tenue par un nommé Lidec, ex-clerc de notaire et secrétaire de mairie, surnommé « Marquis de Kerlidec » en raison de ses commissions de 5% sur les billets de traversée à 4.500F en seconde classe. Une autre pour United States Line, tenue par Monsieur Canevet, son concurrent Gourinois. Tandis que M. Bellour était l’agent de la Canadian Pacific à Langonnet et que la Cunard Line était représenté à Roudouallec.

L’agence Bretagne TransAmerica créée récemment à Gourin, perpétue le service. Un service qui compte tenue des nouvelles données réglementant le marché du travail aux Etats-Unis et du va-et-vient régulier établi entre les familles, dispense aujourd’hui plus d’aller-retour que d’aller simples

Salle Jacques à Gourin

Deux concerts

Richard Raux, mercredi – Alan Stivell, jeudi

La semaine américaine de Gourin sera marquée le mercredi 3 par une soirée Jazz New-Orleans et blues animée par l’excellent saxophoniste Richard Raux accompagné par Jean-Luc Roumier (guitare), Gildas Scouarnec (contrebasse) et Richard Hertel (batterie). Dès 21H au Café-Bar Chez Loeïz, rue Rodallec, entrée 30F.

Alan Stivell donnera un concert à Saint-Germain en Langonnet le jeudi 4 avec en première partie du spectacle, le poète-chansonnier-compositeur Hervé Besnard-Kollet. Entrée 70F. Chapiteau en cas de pluie.

Autres points forts: Gala Franco-Américain de plus de quatre cents couverts à la Salle Jacques à Gourin le vendredi 5 dès 19h (130F, compris buffet et bal avec l’orchestre Gaston Laurent). Tirage d’un aller-retour pour New-York.

Dimanche, match de football américain à 15h et spectacle Franco-Américain au Starman dans un décor et avec des costumes de circonstance. Entrée 40F.

Exposition d’art et d’artisanat de 14h à 19h, au Château de Tronjoly (sauf mardi).

Cette soirée Franco-américaine de 1989 à la Salle Jacques fut un moment mémorable. Elle fut organisée par Le Comité d’Animation du Centre Bretagne Ouest, Radio Montagnes Noires, Bretagne Transamerica, le Stade Breton de New-York… De nombreux artisans et commerçants de Gourin ont participé à ce rendez-vous qui marquera le début de Bretagne Transamerica…

alberta canada Amérique Breizh breizh-amerika Breizh on the road Bretagne Transamerica breton Bretons bta bzh bzh new-york bzh ny Canada Charles Kergaravat Chicago château de Tronjoly château de Tronjoly à Gourin Vidéos visibles Collective 2015 Cérémonie danielle diaspora Expositions Gouel Breizh Gourin Gourin-city gourin france jamet Jean-François Baudet josette Lafayette La Grande Traversée Liberty Michigan Moriah New York nouvelle france Old town school theater plamondon Retrouvailles saint patrick Statue Tronjoly usa Vernissage Tronjoly émigration

2 commentaires sur “1988: Un pont entre New York et Gourin”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.